Amicale de l’Offshore Pétrolier

Accueil > Médias > Revues de presse > Eolien offshore : Le cahier des charges du nouvel appel (...)

jeudi 21 mars 2013, par Raphaël Devillers

Eolien offshore : Le cahier des charges du nouvel appel d’offres publié

JPEG - 53.6 ko
Eolien Offshore

La commission de régulation de l’énergie a publié le cahier des charges de la seconde tranche de l’appel d’offres pour l’implantation d’éoliennes offshore au large des côtes françaises. Celle-ci porte sur l’installation de deux champs de 500 MW chacun : le premier au large du Tréport en Normandie, le deuxième entre les îles d’Yeu et de Noirmoutier en Vendée. Il repousse la date de dépôt des offres, initialement prévue fin septembre, à la fin novembre 2013. Le prix de rachat de l’électricité produite par ces futurs champs a été fixé à 220 MW/H.

Pour mémoire, la première tranche de l’appel d’offres avait, en avril 2012, été attribuée pour les champs de Courseulles, Fécamp et du banc de Guérande au consortium EDF - Alstom et celui de Saint-Brieuc à Iberdrola-Areva. Ces champs devraient commencer leur production entre 2016 et 2020. Ceux du deuxième appel d’offres entreraient en exploitation entre 2021 et 2023.

Les débats publics ont aussi commencé

C’est parti pour la consultation du public dans les quatre sites qui vont accueillir les premiers champs éoliens offshore français : Saint-Brieuc (attribué au consortium Areva - Iberdrola), Courseulle, Fécamp et le banc de Guérande (attribués au consortium EDF - Alstom). Pour chacun des sites, la commission nationale du débat public annonce l’organisation d’une dizaine de réunions publiques.

Pour mémoire, les différents projets devraient engendrer un investissement de près de 10 milliards d’euros. Les quatre champs sélectionnés doivent permettre d’installer entre 1.8 et 2.25 GW (420 à 750 MW pour Guérande, 480 à 500 MW pour Saint-Brieuc, 420 à 500 MW pour Courseulles et 480 à 500 MW) pour Fécamp. Cela représente 75 à 100 éoliennes de 5 à 6 MW sur chaque parc. Pour mener à bien ce projet, chaque consortium prévoit de développer une filière industrielle. Allié à EDF EN, Alstom prévoit de construire une nouvelle usine à Saint-Nazaire pour la fabrication d’Haliade 150, sa nouvelle turbine de 6 MW. Un autre site doit être implanté à Cherbourg où la réalisation des pales et des mâts sera confiée à un sous-traitant. Côté Iberdrola, le plan de développement prévoit une implantation au Havre pour la fabrication de turbines Areva (5 MW), ainsi que de la structure des éoliennes.